Sunny – 써니

Sunny – 써니

« Un concentré de nostalgie et de

folie »

« SUNNY » director’s cut

Edité le 7 avril 2014. Pourquoi ré-éditer un article?

Depuis fin 2017, le référencement Google & co a tout simplement fait disparaître les petits blogs comme le mien. 
La fréquentation a donc chuté brutalement de 95%!!

Je teste les ré-éditions (un peu arrangées sur la mise en page) pour voir si cela arrange les choses.
Sunny

Sunny

L’histoire:

De nos jours à Séoul, Na-Mi vit sa vie de femme au foyer. Elle est mariée à un homme d’affaires qui a réussi et a une très jolie fille avec qui tout n’est pas rose. En visite à l’hôpital pour voir sa mère, elle tombe sur Chun-Hwa (une amie d’enfance) qui va mourir dans les semaines qui arrivent.

Chun-Hwa lui demande une dernière faveur: Réunir à nouveau leur groupe de collégiennes, les « Sunny ».

Vous prendrez bien une petite bande-annonce en vo ?

Chiffres et anecdotes du film:

11ème film le plus vu en Corée avec plus de 7.3 millions de spectateurs. Pourtant le film est présenté dans une version très loin de ce que le réalisateur y a mis, et ceci afin d’obtenir qu’un large public accède aux salles. D’une durée tronquée de 1h50, sa version « director’s cut » durera 2h04. Voici les sigles présentés au public avant sa diffusion télé:

pour public averti.

je vous laisse deviner à quoi correspondent les dessins.

Rassurez-vous, c’est un film familial, mais en Corée ils sont encore plus prudent que chez nous. Par contre, tout est vrai : sexe, grossièretés, épouvante, drogue etc, et tout cela pour notre plus grand plaisir (!??)

50% du film se passe de nos jours et 50% se déroule il y a 25 ans.

Un casting de fou:

Les actrices « femmes » face aux actrices « ados »

Lim Na-Mi

 

Ha Chun-Hwa

 

Kim Jang-Mi

 

 

Hwang Jin-Hee

 

Seo Geum-Ok

 

Ryoo Bok-Hee

 

Su-Ji

 

Voilà la principale partie de l’incroyable casting. Mais il y a beaucoup d’autres rôles dans le film. La bande rivale des Sunny (inoubliable), la famille de Na-Mi (difficile de vous expliquer à quel point le casting est plus que réussi), LE mec du film et ces dizaines de figurants.

Seoulite-bands girls. fighting !!

Séoulite-bands girls. fighting !!

Je dois avouer que je faisais un papier sur « Memories of murder » (un chef-d’oeuvre), et puis dimanche après-midi je sens l’envie de voir un bon film. Je regarde dans le stock de films Coréens en attente, et je vois « Sunny ». Un peu plus de deux heures, des critiques unanimes dans tous les commentaires, ni une ni deux, c’est partie…

Petite ambiance du film sur Sunny de Boney M (HD):

Deux heures plus tard:

Je mets 5 minutes à revenir sur Terre, et je me demande pourquoi ce film n’est pas connu mondialement.

Sunny

Les ennemies trop « badass »

J’ai encore les larmes aux yeux d’avoir autant rigolé et partagé toutes ces émotions avec les « Sunny », qu’elles soient jeunes ou plus âgées d’ailleurs. Un mélange entre « Stand by me », « Dirty dancing », les « blues brother », « La boum » (oui, oui) et 20th century boys. Ce n’est pas un mélange de genre, mais bien d’émotions. Ces filles sont tout simplement attachantes, et chose rare, TOUTES les filles le sont, et aux deux époques.

sunny

Il s’agit non seulement d’une réussite sur le casting et l’histoire, mais la réalisation est entièrement maîtrisée, les décors splendides, les années 80 plus vraies que nature, les transitions, d’une époque à l’autre, arrivent magiquement et les musiques internationales comme Coréennes sont toujours bien vues.

Oui, vous avez bien lu plus haut, « La boum ». Comme Sophie Marceau est une Star en Asie, la chanson du slow « dreams are my reality » est un classique là-bas comme ici. Le film est plein de pépites, de surprises et de moments inoubliables.

L'hommage à "La boum", y compris la musique.

L’hommage à « La boum », y compris la musique.

Certaines séquences resteront sans doute un bon moment dans votre esprit, notamment les séquences de baston entres les deux bandes rivales. L’une d’entre elles a lieu en pleine manifestation contre la dictature Coréenne (années 80) et pour moi, c’est devenu une pépite du cinéma.

En pleine manif, une rencontre innoubliable entre les deux bandes, avec l'affiche de Rocky sur le cinéma en arrière fond.

En pleine manif, une rencontre inoubliable entre les deux bandes, avec l’affiche de Rocky IV sur le cinéma en arrière fond.

Bon, on rit vraiment beaucoup, mais pas seulement. Le film est classé dans les « drames ». Ha-Chun-Hwa se trouve à l’hôpital et elle sait qu’elle va mourir. C’est pourtant elle qui va être le déclencheur de la re-formation des « Sunny ». Beaucoup d’autres moments sont très forts et tristes, et c’est toujours une claque quand cela arrive.

« Sunny » est aussi une critique de la société Coréenne. Le rôle de la femme au sein du foyer, le comportement des hommes sur ces femmes, la manière dont les « dramas* » sont vécus par la population (*soap Asiatiques extrêmement caricaturaux et dictant sournoisement le comportement amoureux des hommes et des femmes).

A l'hôpital devant une annonce fracassante durant un drama...

A l’hôpital devant une annonce fracassante durant un drama…

Et puis, il y a la musique avec des chansons Coréennes aux standards des années 80: (Cyndie Lauper « Girls just want to have fun », Boney M avec « Sunny » évidemment, « Dreams » de Richard Sanderson dans un pur hommage à « La Boum », bref les deux pieds dans les 80’s.

Conclusion:

« SUNNY » devient sans aucun doute l’un de mes films préférés. Une réalisation sans faute, une reconstitution de la Corée des années 80, du rire, des surprises, des drames, de l’amitié, des demoiselles « badass », des bastons et des situations invraisemblables, une mise en scène aux petits oignons, des actrices parfaites, mignonnes, adorables, déjantées et surtout inoubliables, leurs penchants adultes parfaitement réussis, la figuration avec entre autre la famille de Na-Mi qui vaut à elle seule le détour, et surtout l’effet magique du film qui vient percuter nos petits cœurs nostalgiques avec une puissance et une simplicité rarement vue.

Ce film est une perle unique dans le cinéma et il est tout à fait incroyable de ne pas le voir dans nos magasins au rayon Blu-ray et DVD.

Télécharger ou voir le film qui n’a pas d’ayant droit en France:

Sunny HD vostfr (version du regretté Subwawa)

Sunny HD vostfr (version du regretté Subwawa)

 

Je vous présente quand même l’auteur de cette merveille:

Kang-Hyeong-cheol

Kang-Hyeong-cheol

Réalisateur né en 1976, il a réalisé déjà deux films.

Le premier « Speedy scandal » (en 2008) et le 7ème plus gros succès en Corée et donc « Sunny » (en 2011) et le 11ème. Un réalisateur à surveiller de très près.

Une petite interview:

En tout cas, merci vieux, parce que j’ai passé un vrai moment de bonheur avec ces « 2X7 gamines/femmes », comme rarement et en hommage à Hwang Jin-Hee que je citerai avec ces quelques mots bien choisis:

*Nom de Dieu

de bordel de merde

de putain de vieille bite

de saloperie de

suceuse de chaussette,

ça fait du bien !!!!

 

(* vous comprendrez après avoir vu le film, je ne suis pas devenu grossier juste pour le plaisir)

best ofbest of

best ofbest of

 

 

The dream team, les "SUNNY". (sans Su-Ji)

The dream team, les « SUNNY ». (sans Su-ji)

 

C’est l’heure de quelques bonus:

Pour vous prouver l’effet « Sunny » en Corée, voici un petit « flashmob » (fait pour l’association UNICEF):

 

 

Si vous avez vu le film, n’hésitez pas à laisser vos commentaires sur celui-ci.

sunny