Hana and Alice

Hana and Alice 花とアリス, Hana to Arisu

Salut!!

Suite au visionnage de « Hana & Alice mènent l’enquête« , un fantastique dessin-animé Japonais réalisé par Shunji Iwai, je me suis dit qu’il faudrait absolument voir le film de 2004 réalisé par le même Shunji Iwai.

J’étais véritablement tombé sous le charme d’Hana & Alice.

Cliquer sur la photo ci-dessous pour lire l’article sur « Hana & Alice mènent l’enquête »:

J’avais une copie minable du film avec un sous-titrage à deux balles, et du coup j’ai zappé le film un bon moment.

Mais plus le temps passe, plus je me dis que le même réalisateur ne peut pas faire une merveille en animation (son premier dessin animé), et faire un film complètement raté!

Je cherche une belle copie en VO, ce que je trouve assez vite (720P, d’où sont tirées les captures pour l’article), et ensuite des sous-titres de qualités.

Là, c’est plus compliqué, mais je finis par trouver ce que je veux en deux parties.

Je remonte et synchronise le tout.

Parfait!!

C’est parti pour une surprise de deux heures quinze.

 Avant de parler du film, de quoi ça parle, et quel est le rapport avec « Hana et Alice mènent l’enquête« ?

Alors là, c’est énorme!

Le film se passe en fait après l’animé, et tout colle parfaitement.

Ensuite, les deux actrices sont les mêmes!! Oui!

L’animé a été fait en partie en rotoscopie, technique qui consiste à filmer les acteurs en « réalité », pour ensuite dessiner par dessus, ce qui donne une très grande fluidité à l’animation.

Et bien ce sont les deux mêmes actrices pour les deux films, ainsi que les voix.

Et c’est génial, car on retrouve la gestuelle, les attitudes et le mouvement des ces deux jeunes femmes.

 L’histoire:

Hana et Alice observent sur le quai d’une gare un garçon mystérieux.

Hana décide de provoquer le destin pour rencontrer ce garçon.

Elle le suit dans une rue, et cet idiot s’éclate la tête sur un rideau métallique et s’évanouit.

Hana décide en une seconde de le manipuler et lui explique qu’il est amnésique et qu’elle est sa petite amie depuis un moment.

Ce garçon qui est « neuneu » comme pas deux, va tomber dans le piège.

Alice va vite se trouver mêlée à cette manipulation.

Les deux filles sont des fofolles, ne se démontent pas pour si peu.

Ce trio amoureux va se compliquer au fur et à mesure, et l’amitié d’Hana et Alice va être mise à rude épreuve.

A côté de ça, Alice a une vie particulière avec sa mère et son père très absent.

Elle veut avancer dans la vie, et elle s’en donne les moyens.

Hana, c’est une autre histoire, elle est entièrement dévouée à cette histoire d’amour, car oui, elle est vraiment amoureuse de ce « simplet ».

Dernier détails, les deux filles sont dans une école de danse, ce qui a son importance dans le film.

 Comme d’habitude, je me rends compte que mes goûts sont particuliers, et comme d’habitude, je m’en fou!

J’ai absolument adoré ce film.

J’ai aimé ce film et cette histoire d’une tranche de vie bien particulière.

Je trouve qu’on est très proche de la nouvelle vague française.

De la simplicité, pas d’artifice, et surtout l’humain et les sentiments avant tout.

C’est sublime.

Les deux actrices ( Anne Suzuki « Hana » et Yû Aoi « Alice » ) sont incroyables.

Des rires aux larmes sans aucune difficulté.

Le jeune homme ( Tomohiro Kaku « Masashi » ), c’est un peu plus particulier.

Il a l’air simplet et est assez amorphe. je crois que c’est un parti pris du réalisateur.

Une volonté d’introduire un caractère proche d’un animé.

Pourtant, il réfléchit beaucoup, fait des déductions, et met en grande difficulté les deux petites pestes.

Je précise tout ça, parce que j’ai été lire quelques critiques sur « sens critique », qui démolissent le film.

Je ne sais pas comment on peut passer autant à côté d’un film.

C’est pathétique!

Alors je ne vous dis pas ce que prend le garçon dans ces critiques!!

 Encore une fois, la musique qui accompagne le film est magnifique.

Tout en simplicité, piano et violons.

Je veux aussi revenir sur l’aspect visuel.

Parce que non seulement les plans sont pratiquement tous sublimes, mais de temps en temps c’est même assez bluffant.

Il y a une scène surréaliste dans l’école, un moment particulièrement fort en émotion, avec un témoin gigantesque qui l’a rend assez « dingue ».

C’est aussi un vrai plaisir de retrouver les décors du Japon.

Au final, c’est donc un moment où je suis tombé sur le cul.

Tellement heureux de retrouver Hana & Alice en réelles!

Et surtout de revoir un très bon film Japonais (ce qui est de plus en plus rare).

Pour ceux qui n’ont pas encore compris, ce film est une pépite d’or sur une histoire d’amour, d’amitié, de mensonge, sur la vie dans ce qu’elle a de plus simple et de plus belle entre deux gamines.

Petite piqûre de rappelle:

« Hana & Alice mènent l’enquête« :

« Hana and Alice« :

 Voilà, voilà, une belle page d’amour de jeunesse et d’amitié se referme avec un sentiment de bonheur assez fort.

Et comme dit Alice à un moment du film:

我愛你 (c’est du Chinois, prononcer Wǒ ài nǐ).

A bientôt les zamis…