Memories of murder – 살인의 추억

memories_of_murder

Sortie en 2003 et réalisé par Bong Joon-ho (réalisateur de « The host », de l’excellent « Mother » et du très ambitieux « Snowpiercer » (le transperceneige en 2013))

« Memories of murder » est inspiré de faits réels arrivés entre 1986 et 1991. Dix meurtres de femmes (entre 13 et 71 ans) sur moins de deux kilomètres, auront mobilisés au total plus de 300 000 policiers, et c’est plus de 3 000 suspects qui seront interrogés.

Le film est tourné sur les lieux même de ces crimes. Une année d’enquête a été nécessaire pour préparer le film avec l’aide de vrais inspecteurs et journalistes de l’époque.

Le trailer qui suit est d’une qualité très en dessous du film restauré en blu-ray.

Vous avez donc compris qu’il s’agit d’un film sur un « serial killer » Coréen. Et bien oui et non. Il y a là une très sévère critique des méthodes très spéciales et moyenâgeuses de la police des campagnes Coréennes.

D’ailleurs le film est une bataille entre le flic des champs et le flic des villes (Séoul).

Le film est choquant sur les méthodes utilisées par Park Doo-man (joué par l’incroyable Song Kang-ho, présent dans tous les films de ce réalisateur). Celui-ci prétend deviner juste avec le regard si ses suspects sont coupables ou non. Et vous allez vite comprendre qu’a coups de tartes dans la tête et de manipulations, tout le monde avoue. Surtout quand la plupart de vos suspects sont de lourds handicapés mentaux.

Park Doo-man (joué par l'incroyable Song Kang-ho)

Park Doo-man (joué par l’incroyable Song Kang-ho)

132 minutes dans les très bas-fonds de la campagne Coréenne. Une incroyable esthétique pour ce film sans artifice bidon pour vous effrayer. Les paysages et surtout ces grands champs entourés de forêts vous glaceront le sang naturellement.

« Memories of murder » est certainement un des meilleurs films Coréens, et très au dessus des meilleures productions Américaines.

Des méthodes d’un autre age:

Nous sommes en 1986 quand l’enquête démarre. C’est notre équivalent de la gendarmerie qui s’en occupe. La comparaison s’arrête là. Ici, c’est la pire police que l’on puisse imaginer. Aucune méthode scientifique, aucun indice, aucune recherche sérieuse, RIEN !

Il faut trouver vite et à n’importe quel prix. Les médias sont là dès le début, et l’affaire devient nationale. Il faut que quelqu’un avoue.

Le résultat est catastrophique et dans tous les domaines.

Déjeuner avec un suspect devant une série télé... en arrière plan, le flic de Seoul.

Déjeuner avec un suspect devant une série télé… en arrière plan, le flic de Seoul.

Oui, on se croirait en 1906. C’est sale, lugubre, violent, sans espoir, sans intelligence et au final, incroyable.

Pas d’autre solution que d’être aidé par un flic de Séoul aux méthodes d’investigations un peu plus poussées.

Le couple « rat des champs/rat des villes » va faire des étincelles.

Vont-ils réussir à faire avancer cette enquête? Les meurtres vont-ils cesser?

Comme je n’ai toujours pas l’intention de gâcher le film aux gens qui ne l’ont pas vu, vous n’en saurez pas plus.

Le meilleur film de ce genre?

Oui, trois fois oui.

L’histoire ne vous encouragera pas à vous promener à la campagne la nuit.

Les acteurs Coréens toujours à 200%.

La confrontation entre une Corée restée à l’âge de pierre et celle de la ville qui fonce tel un TGV.

Les décors, la lumière, l’ambiance, la figuration.

Mais aussi, comme pour tous les très grands films, la musique…

Au final, je me répète, j’ai déjà vu ce film plusieurs fois depuis quelques années, et l’effet reste le même.

C’est hypnotisant, effrayant, passionnant, et effarant.

Comment font les Coréens pour produire autant de merveilles?

Plusieurs facteurs:

Ils disposent des meilleurs acteurs de la planète.

Ils utilisent leur pays, que ce soit les bons ou les mauvais cotés.

Ils ne pratiquent pas l’auto-censure.

Ils ont peu de tabous (il reste encore la réalité du comportement et de la place de l’homme face à la femme)

Ils utilisent la même méthode que celle de la nouvelle vague Française des années 60, à savoir des films sociaux, qui traitent de sujets contemporains et si possible, avec peu de moyen (en tout cas, jamais de production de plusieurs centaines de millions de dollars) . Pour ceux qui ne le savent pas, la nouvelle vague Française a sauvé le cinéma Américain et a donné naissance à toute la génération Coppola & co qui se fera, elle, ratatiner par la génération Spielberg.

Au final, croyez moi, ce film restera gravé dans votre mémoire pour de très longues années.

Il est disponible régulièrement en DVD simple et exceptionnellement en double DVD (sautez dessus si vous le trouvez!!). Il est également sorti en Blu ray chez nos voisins, mais pas en France (pas encore).

Privilégiez une version HD, car le film a été remastérisé de manière parfaite, que ce soit pour le son ou l’image, couleur, stabilité, scène sombre etc.

On se quitte avec une vidéo « tribute ».

Attention, il n’y a pas de révélation dans celle qui suit, mais des éléments importants du film. Si vous allez regarder le film, évitez et préservez-vous toutes les surprises:

 

12-memories of murder

Memories of murder est l’ultime film sur la vérité, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle se révèle dans les yeux de Song Kang-ho.

 

film asiereservé a un public avertibest ofbest ofbest ofcoup de coeursuper film

 

domdom2006